Augmentation mammaire Tunisie : on démêle le vrai du faux pour être sûre avant de se lancer !

Vos petits seins vous complexent, vous avez besoin d’une reconstruction mammaire, vous souhaitez corriger une asymétrie de la poitrine ou encore une ptose mammaire ? Alors, l’augmentation mammaire Tunisie est faite pour vous ! Néanmoins, bien que votre envie d’arborer une jolie poitrine aux courbes plus généreuses soit forte, vous restez sur la réserve car vous avez lu tellement de choses, pas toujours positives, sur l’intervention de chirurgie esthétique Tunisie que vous n’osez plus franchir le cap. On ne peut plus allaiter, ça entraine un cancer, ça fait faux… Bref, on trouve de tout ! Nous avons donc décidé de démêler le vrai du faux pour vous permettre de prendre une décision éclairée en toute sérénité.

Sommaire:

1.Une augmentation mammaire en Tunisie peut entrainer un cancer

2.On ne peut pas allaiter après une augmentation mammaire en Tunisie

3.Une augmentation mammaire en Tunisie "fait faux"

4.Des implants mammaires doivent être changés tous les dix ans : Vrai et Faux


1.Une augmentation mammaire en Tunisie peut entrainer un cancer : FAUX


A ce jour, aucune étude ne démontre un lien entre un cancer du sein et la présence d’une prothèse en silicone. La silicone, qui est utilisée dans la grande majorité des implants mammaires, est en effet un biomatériau inerte et non allergisante. Certes, il est vrai qu’en 1994 et pendant un peu plus de 6 ans les implants en gel de silicone ont été interdits en France mais ils ont justement été réintroduits car ce recul a permis de prouver qu’il n’y avait aucune preuve tangible pour affirmer une telle chose. En outre, les prothèses mammaires sont également utilisées dans certaines reconstructions du sein après un cancer. Même dans ces conditions, les différentes études ont démontré qu’il n’existait pas de différence en terme d’espérance de vie entre les patientes ayant opté pour des implants mammaires et celles qui n’en portaient pas. Néanmoins, il est important de se faire suivre régulièrement et de préciser qu’un implant peut altérer la bonne lecture d’une mammographie traditionnelle. Il est donc recommandé de faire appel à un radiologue confirmé et utilisant des techniques adaptées à cette problématique. En cas de doute, une IRM mammaire sera pratiquée.

 

2.On ne peut pas allaiter après une augmentation mammaire en Tunisie : FAUX et VRAI


Une croyance populaire veut qu’une femme qui a subi une augmentation mammaire en Tunisie ne puisse pas allaiter. Bien ancrée dans les esprits, cette idée est pourtant totalement fausse. En effet, lors d’une augmentation mammaire en Tunisie avec prothèses, ces dernières sont situées derrière la glande mammaire et ce, quelle que soit la méthode choisie. L’arborisation des canaux lactifères, c’est à dire les canaux qui conduisent le lait, est donc respectée. Cependant, la technique par voie hémiaérolaire (cicatrice située au niveau de l’aréole) est un peu moins indiquée car elle requiert un écartement des tissus glandulaires, ce qui entraine un potentiel risque de section (très rare), et nécessite en conséquence de faire appel à un chirurgien expérimenté et très précautionneux. Par ailleurs, lorsqu’une femme opte pour une augmentation mammaire dans le but de corriger une ptose mammaire, l’allaitement peut effectivement être perturbé voir compromis. En effet, dans le cas d’une ptose mammaire, l’aréole est déplacée vers le haut et, selon l’importance de la ptose, une petite zone de glande mammaire ainsi que les canaux lactifères correspondants peuvent être sectionnés voire enlevés. Il est donc recommandé à ces patientes d’attendre d’avoir mené à bien toutes leurs grossesses avant d’envisager la correction d’une ptose mammaire avec une augmentation mammaire en Tunisie.

 

3.Une augmentation mammaire en Tunisie "fait faux" : FAUX et VRAI


Le résultat d’une augmentation mammaire en Tunisie dépend essentiellement du souhait de la patiente. Il est donc tout à fait possible de voir des patientes aux décolletés pigeonnants et à l’effet artificiel mais c’était néanmoins le résultat escompté par ces patientes. Lors du rendez-vous préopératoire, qui est systématiquement organisé en prévision d’une augmentation mammaire en Tunisie, la patiente explique au chirurgien ses attentes. Le praticien quant à lui analyse la morphologie de la patiente mais aussi la qualité de sa peau afin de l’aiguiller au mieux dans son choix. De nombreux facteurs permettent en effet d’obtenir un résultat sur-mesure, correspondant au souhait de la patiente. Parmi ces éléments, on compte notamment le choix de la prothèse, ronde ou anatomique, son positionnement, devant ou derrière le muscle pectoral ou encore en dual plan (c’est-à-dire derrière ET devant) mais aussi la projection (faible, moyenne ou haute). En fonction des différentes options choisies, le résultat d’une augmentation mammaire en Tunisie peut être très naturel ou artificiel.

 

4.Des implants mammaires doivent être changés tous les dix ans : VRAI et FAUX 


L’idée collective veut que l’on doive changer les implants mammaires en gel cohésif de silicone tous les dix ans. En réalité, il s’agit de la durée de vie garantie par les laboratoires. C’est-à-dire qu’en cas de rupture des implants avant 10 ans (environ 1% sur les dix premières années), les laboratoires commercialisant les prothèses offrent leur renouvellement gracieux (seulement l’implant). Au-delà de 10 ans, les risques de rupture augmentent et donc les patientes doivent effectuer un suivi régulier pour s’assurer que tout va bien. Ce suivi comprend une visite de contrôle annuelle et une échographie mammaire. Cela permet aux patientes d’allonger la durée de vie de leurs implants mammaires. Néanmoins, les patientes les plus anxieuses pourront procéder au remplacement de leurs implants mammaires tous les dix ans pour plus de sérénité.

Devis gratuit